Qu'est-ce qu'une dispute ?

C’est une formule qui secoue nos doutes, questionne nos certitudes et nous emmène vers des vérités inattendues.

La Dispute propose un choix de débats, promenades, films et musique pour parcourir les chemins de la haine. Avec l’ambition de découvrir ensemble ce qui lui résiste : la justice, la vérité, la solidarité, peut-être.

Édition 2021

Sur les chemins de la haine
29 et 30 Octobre 2021

La première édition de la Dispute a attiré plus de 700 personnes au Palais de Rumine à Lausanne, entre débats, performances musicales, projections et promenades muséales.
Un grand merci aux visiteuses, visiteurs, intervenantes et intervenants qui ont permis à cette première édition un franc succès.
Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine Dispute!

les partenaires

La Dispute repose sur la rencontre de trois communautés : la communauté scientifique, la communauté artistique et la communauté politique. L’une pratique l’art de penser le réel. L’autre celui de le dire et de le faire vivre. La troisième, celui d’agir pour le transformer. Ces trois communautés cultiveront, ensemble l’art de donner la parole. Ainsi les trois musées du Palais de Rumine et la Bibliothèque cantonale, les Hautes Ecoles de sciences et d’art de la région lausannoise, (UNIL, EPFL, HEMU/EJMA), Payot Libraire, le Zinéma, le Cercle littéraire de Lausanne, participent à la première édition sur la Haine.

L'association

L’Association Disputons-Nous (ADN) est une association à but non lucratif, régie par les articles 60 et suivants du code civil suisse. Elle est politiquement et confessionnellement neutre. Elle a pour but de concevoir, de lancer, de financer et de coordonner des évènements (débats, rencontres, disputes, etc..) sur des grandes questions de société. Dans ce but, elle crée des partenariats et collabore avec des institutions publiques ou privées et recherche les financements nécessaires. 

ADN a été crée par son assemblée constitutive le 31.03.2021. Son comité est constitué de Julie Enckell-Julliard, historienne de l’art, à Cully, Johan Rochel, enseignant et chercheur en éthique de l’innovation, à Zürich, Yves Daccord, ancien directeur du Comité internationale de la Croix-Rouge, à Genève, et Charles Kleiber, à Lausanne